Suivez-nous

E-sport

On vous présente le clan CCSS

Entrevue avec une équipe de joueuses rencontrées lors de la DreamHack Montréal 2019.

Le clan CCSS à DreamHack Montréal 2019
Crédit photo: ROSI Media

Lors de la DreamHack Montréal 2019, on a vu des «gameuses», autrement dit des joueuses de jeux vidéos. Une des équipes composée principalement de femmes et présente pour les trois jours de l’événement nous a accordé de son temps pour une entrevue.

Le Clan CCSS

Le clan CCSS est le clan des «chochottes sauvages sexys». Comme l’explique Pascale, membre du clan, elles ont dans leur clan «des sexys, des sauvages et des chochottes».

Actuellement, elles sont une vingtaine de «streameuses». Pour celles et ceux qui ne connaissent pas ce terme, une «streameuse» est une joueuse qui diffuse sa partie en ligne sur une plateforme de diffusion comme Twitch que les internautes peuvent suivre en direct. Mais dans le groupe, il y a environ 80 personnes, des «viewers», internautes qui regardent les parties, et d’autres qui viennent les aider sur Twitch.

Il y a un an, Gen, l’administratrice du clan, et une de ses amies ont démarré ce groupe de «streameuses», dont l’objectif principal est de jouer ensemble et de s’amuser. Depuis, elles ont recruté d’autres joueuses et s’entraident sur les plateformes de diffusion, dont la célèbre plateforme Twitch notamment.

En plus d’être présentes à la DreamHack, elles organisent aussi des activités d’équipe pour se regrouper, ce qui n’est pas toujours facile, car elles ont des joueuses en France également. C’est l’entraide qui prime dans ce groupe: par exemple, une joueuse ayant plus de personnes qui regardent ses parties va aider une autre du clan à augmenter son nombre de spectateurs. Gen a même pu monter son PC elle-même en suivant les conseils d’un autre membre du clan.

Comment on fait pour intégrer l’équipe?

Pour faire partie du clan, les seuls critères demandés sont d’être une femme et de «streamer» via les YouTube, Twitch ou Mixer, une autre plateforme de diffusion de parties de jeux vidéos. Et peu importe le jeu, elles n’ont aucune restrictions. Le clan CCSS, c’est du divertissement avant tout!

Et l’e-sport dans tout ça?

Gen nous explique qu’elle veut aller tranquillement vers l’e-sport en recrutant des filles un peu plus jeune. Pascale et elle nous apprennent qu’il y a un âge maximum pour l’e-sport. Effectivement, on voit rarement une personne de 40 ans. La plupart des jeunes qui jouent sortent de plus en plus des académies. D’ailleurs, à Montréal, il en existe une, l’académie esports de Montréal.

Leurs conseils aux filles qui voudraient devenir «gameuses»

Si les jeux vidéos sont une passion, le conseil de Pascale et Gen est de continuer à jouer et de «sauter à deux pieds joints» dedans. La communauté, déjà grande, continue de croître et peut apporter du soutien aux jeunes joueuses. Gen précise d’ailleurs qu’il ne faut pas hésiter à demander de l’aide car en tant que femme dans un milieu majoritairement masculin, ce n’est pas toujours facile.

Comment ça se passe dans le milieu du jeu vidéo quand on est une joueuse?

Pascale nous raconte qu’avant, c’était assez mal vu les filles dans les jeux vidéos. De nos jours, elles sont plus acceptées, car le niveau des filles est bon et reconnu par les garçons. Il reste qu’il y a toujours des gars qui sont «désagréables» avec elles mais comme Pascale nous le confirme, lors d’événements comme la DreamHack, personne va les pointer du doigt et leur dire qu’elles n’ont rien à faire ici. De plus, les commentaires négatifs envers les femmes ne passent plus inaperçus. En effet, il y a de plus en plus de «gameuses» mises sur le devant de la scène comme Stéphanie Harvey/missharvey ou Kelsy « SuperGirlKels » Medeiros lors de la DreamHack. Le fait d’avoir des modèles féminins dans le jeu aide les plus jeunes à aller de l’avant.

Leurs projets futurs

À la DreamHack, le clan CCSS récolte de l’argent pour les enfants malades, avec extra-life [plateforme permettant d’amasser des fonds pour des œuvres caritatives destinées aux enfants malades, ici, pour Opération Enfant Soleil, NDLR]. Cette opération va se dérouler toute l’année, sur d’autres évènements. On devrait donc les revoir au LAN ETS en février 2020.

Si vous voulez plus d’informations sur cette équipe, on vous invite à aller voir leur lien Twitch et leur page Facebook.

Infolettre

À lire aussi

Plus dans E-sport