Suivez-nous

Tennis

Billie Jean King Cup, nouveau nom pour la Fed Cup

La Fed Cup renommée en l’honneur de Billie Jean King. Portrait de la joueuse de légende.

Billie Jean King en 1978
Billie Jean King en 1978 - Crédit photo: Mitchell Weinstock sur Flickr

Si tu as raté l’info tennistique de la semaine, la Fed Cup, le tournoi international de tennis par équipes, a changé de nom pour la Billie Jean King Cup afin d’honorer la célèbre joueuse de tennis!

La légende Billie Jean King

La joueuse américaine commence sa carrière professionnelle en 1959. Elle remporte son premier tournoi du Grand Chelem à Wimbledon, en double avec Karen Hantze Susman en 1961. C’est en 1966 qu’elle gagne le titre de simple, toujours à Wimbledon. Suivront 11 autres titres en simple: un aux Internationaux d’Australie en 1968, un à Roland-Garros en 1972, cinq autres à Wimbledon en 1967,1968,1972,1973 et 1975 et 4 à quatre à l’US Open en 1967, 1971,1972 et 1974. Dès 1966, elle est classée numéro un mondial et le restera pour cinq années (1967, 1968, 1971, 1972 et 1974). Joueuse de double, de simple et de double mixte, elle compte un total de vingt-sept titres du Grand Chelem.

«La bataille des sexes»

Si Billie Jean King est une légende dans le monde du tennis, ce n’est pas uniquement grâce à son palmarès. En effet, en dehors des courts, elle milite pour que les joueuses touchent les mêmes récompenses monétaires que les joueurs. Quand elle gagne l’US Open en 1972, elle reçoit 15 000$ de moins que le vainqueur du tableau homme, Ilie Nastase.

En 1973, elle fait partie des joueuses à l’origine de la création de l’Association féminine de tennis, communément appelée WTA (Women Tennis Association), dont elle devient la première présidente. Lors de l’US Open de la même année, elle fait pression pour que les femmes et les hommes reçoivent des prix égaux. D’ailleurs, le tournoi du Grand Chelem sera le premier à offrir des montants égaux aux deux sexes.

«Battez-vous pour les choses qui vous tiennent à cœur, mais faites-le de manière à ce que les autres vous rejoignent».

Le 20 septembre 1973, un événement en particulier renforce la notoriété de l’américaine: sa victoire de «la bataille des sexes» contre Bobby Riggs, joueur de tennis numéro un mondial dans les années 1940.

L’ancien joueur, âgé de 55 ans à l’époque, rabaissait le tennis pratiqué par les femmes, le jugeant inférieur à celui des hommes et avait déclaré qu’« aucune joueuse en activité ne pourrait jamais venir à bout d’un retraité ». Billie Jean King releva le défi et le 20 septembre 1973, remporta le duel. Le match, très médiatisé et suivi par le public eut un impact considérable sur la reconnaissance du tennis féminin.

L’histoire a d’ailleurs été mise en scène dans le film intitulé «la bataille des sexes» (Bande-annonce sur ce lien).

Et après?

Après sa carrière de joueuse professionnelle terminée en 1983 en simple, Billie Jean King a été élue au Temple de la renommée du tennis international en 1987. Le 28 août 2006, le Centre national de tennis de l’USTA (Association de tennis américaine) à Flushing, dans l’État de New York, où se déroule le tournoi du Grand Chelem de l’US Open, a été rebaptisé Centre national de tennis Billie Jean King de l’USTA.

Et depuis cette semaine, la Fed Cup, compétition qu’elle gagna avec les États-Unis à quatre reprises en 1963, 1966, 1967 et 1973, porte désormais le nom de Billie Jean King Cup,

Aujourd’hui, Billie Jean King, toujours très active, continue de défendre les droits des femmes et les droits LGBT. Elle est aussi reconnue pour ses nombreuses contributions au tennis et à la lutte pour la parité. En 2014, elle a fondé la «Billie Jean King Leadership Initiative», une organisation à but non lucratif qui se consacre «aux questions cruciales nécessaires pour parvenir à un leadership diversifié et inclusif sur le marché du travail».

Infolettre

À lire aussi

Plus dans Tennis