Suivez-nous

Football

La grève des footballeuses espagnoles décisive

Les footballeuses espagnoles étaient en grève le week-end dernier pour revendiquer des conditions de travail «dignes»

Stop. Basta.

Les footballeuses espagnoles en ont assez de leurs conditions de travail et avaient entamé une grève illimitée le week-end dernier en signe de protestation. Dans la vidéo ci-dessus publiée par l’AFE, le syndicat des footballeurs et des footballeuses espagnoles, plusieurs joueuses exprimaient leurs ras le bol et revendiquaient la mise en place d’une convention afin de garantir un salaire minimum, des vacances, leur droit de concilier vie familiale et professionnelle. Elles demandaient un statut de « joueuse professionnelle » et la nécessité de voir « leurs droits reconnus comme dans les autres professions ».

Les joueuses avaient décidé de mener cette action après le gel des négociations entre les syndicats et les clubs pour la création d’une convention collective, qui duraient depuis plus d’un an.

L’annulation des matchs de la neuvième journée de championnat espagnole a eu un effet décisif puisque lundi, l’AFE, le syndicat des footballeurs et des footballeuses espagnoles, annonçait sur son site qu’un accord avait été conclu pour suspendre la grève et «travailler sur une proposition» jusqu’au 20 décembre.

Leur demande comprenait notamment un salaire minimum de 16 000 euros annuel, avec des contrats à temps partiel à trois quarts-temps minimum (ce qui reviendrait à un salaire minimum de 12 000 euros par an). De leur côté, les clubs ne voulaient pas offrir de contrats à temps partiel supérieurs à des mi-temps, avec des salaires minimums de 8.000 euros par an.

Le monde des footballeuses continue de bouger

Lors de la finale de coupe du monde de football le 7 juillet dernier, on avait pu entendre le public du stade de Lyon scander «equal pay» aux officiels de la FIFA, revendiquant les mêmes salaires que les footballeurs. L’équipe américaine de football, quatre fois championne du monde, réclamait déjà auprès de sa fédération et réclame toujours une rémunération égale à leurs homologues masculins.

Récemment, l’équipe nationale australienne a obtenu un salaire et des conditions équitables à celles de l’équipe nationale masculine.

La fréquentation des rencontres est également en hausse et des records d’affluence dans les stades ont été battus lors de rencontres nationales, européennes et mondiales cette année.

Infolettre

À lire aussi

Plus dans Football