Suivez-nous

Hors-jeu

Les petites (ou grosses) gaffes d’organisation des JO

Le podium des gaffes d’organisation de Jeux Olympiques

Podium jeux olympiques
Crédit photo: Joshua Golde sur Unsplash

Certains verront une malchance, une injustice pour les athlètes, d’autres diront que ça fait partie des petites (ou grosses) gaffes d’organisation des Jeux Olympiques d’été.

Cette semaine, sur le podium des petites (ou grosses) gaffes d’organisation des JO, on retrouve.

Pour la médaille de bronze

L’incident, qualifié d’erreur protocolaire, s’est produit lors des JO de Londres en 2012, pendant le tournoi de football. Mercredi 25 juillet, match entre la Colombie et la Corée du Nord, les spectateurs et spectatrices sont prêts à encourager les joueuses mais doivent attendre…un peu plus d’une heure! Pourquoi? Problème de sono? Problème de transport des équipes? Le ballon est dégonflé? Et bien pas du tout. Les organisateurs ont tout simplement affiché le drapeaux sud-coréen pour les joueuses nord-coréennes sur l’écran géant du stade qui présentent les équipes. Résultat, les nord-coréennes ont refusé d’entrer sur le terrain tant que l’erreur n’était pas corrigée. Rappelons que les deux Corées sont toujours «techniquement» en guerre depuis 1953 et séparées par une frontière très militarisée.

Le comité d’organisation (CO) s’est, bien sûr, excusé par la suite et a invoqué une erreur humaine. «C’est clairement une erreur, nous présenterons nos excuses à l’équipe et au Comité National Olympique (nord-coréen) et des mesures seront prises pour que cela ne se reproduise plus. Nous avons passé beaucoup de temps avec (les athlètes) hier soir pour expliquer ce qui s’était passé et pourquoi cela s’était produit et nous leur avons écrit une lettre», a expliqué le directeur du Comité d’Organisation.

Pour la médaille d’argent

On revient aux épreuves de gymnastique des Jeux Olympiques de Sydney en 2000 où une erreur de réglage du cheval dans l’épreuve de saut priva la favorite, Svetlana Khorkina, d’une médaille d’or. Mais comment c’est possible? Ce n’est pas une erreur de jugement comme on pourrait le croire dans ce genre de discipline où les prestations des athlètes sont jugées. Ce sont d’ailleurs les juges de l’épreuve qui ont vraisemblablement mal réglé le cheval, de 5 cm plus bas pour être exact. Bien que la gymnaste russe mesure 1,64 m, ce qui est considéré comme grand dans la discipline, elle n’est pas la seule avoir complètement raté son saut. En effet, beaucoup de participantes sont passées à côté, la britannique Annika Reeder s’est même blessée lors de sa mauvaise réception de son saut. Finalement, la Fédération Internationale de Gymnastique a présenté ses excuses pour cette erreur. Svetlana Khorkina s’est consolée avec une médaille d’or en barres asymétriques, médaille qu’elle avait déjà obtenue aux JO d’Atlanta quatre ans auparavant.

Pour la médaille d’or

On termine avec la plus haute marche du podium et les Jeux Olympiques de Montréal en 1976 où l’impensable s’est produit. La flamme olympique, qui est allumée lors de la cérémonie d’ouverture des JO et qui le reste jusqu’à la cérémonie de clôture, s’est éteinte à cause d’un orage. Mais ce n’est pas le pire! Un officiel est venu la rallumer à l’aide d’un briquet, ce qui n’est pas très officiel…Car la flamme Olympique part d’Olympie, en Grèce et non d’un briquet…Il a donc fallu que les organisateurs l’éteignent à leur tour pour ensuite la rallumer à l’aide des doubles de la flamme originale. Heureusement, il n’y a eu aucun impact sur les athlètes ni sur les épreuves cette fois.

La flamme lors de la cérémonie d’ouverture le 17 juillet 1976 au stade olympique de Montréal

Infolettre

À lire aussi

Plus dans Hors-jeu